Les Amis du Château de La Punta
LES OUTRAGES DU TEMPS
La technique de construction du château ne fut pas celle du Palais des Tuileries: 
Les blocs originaux formant parpaing ont été sciés dans leur épaisseur afin de faciliter leur transport et d'en minimiser le coût. 
Ces blocs ont été plaqués sur une structure en maçonnerie classique avec des fixations d'acier pour réunir les pierres. 
Ce choix s'est révèlé particulièrement malheureux car avec le temps l'acier a rouillé et gonflé, entrainant l'éclatement des blocs de pierre. 
Par ailleurs le climat méditerranéen ronge le calcaire parisien, tandis que  la destruction de la toiture et les infiltrations qui en ont résulté, ont entrainé d'importantes dégradations que résument les photos de cette page:
Le péristyle de la façade Nord, sommairement étayé depuis 1978.
Les chapiteaux ioniques des colonnes soutenant la corniche sont extrêmement dégradés et ont aujourd'hui presque complètement disparu .
Les blocs de la corniche sont désorganisés, leurs joints sont largement ouverts et ne sont plus maintenus que par de fragiles étais.
On remarque des réagréages au ciment gris probablement réalisés dans les années 1960, preuve que la dégradation avait déjà commencé depuis longtemps.
La dégradation va très vite : à droite année 2000,  à gauche année 2008
Ouverture des joints, lacunes, affaissement des linteaux trahissent les mouvements de la maçonnerie
Architraves du 2ème étage de la façade sud, à gauche en 2000, au centre en 2004, à droite en 2007, on note l'affaissement, perte de matière, fissuration importante, lacunes dans les chapiteaux.
On remarque les réagrégages au ciment gris 
Certaines colonnes sont fortement érodées
Les piliers soutenant les grilles de la terrasse sont aussi fortement érodés.
Fixation en acier dont la corrosion entraine l'éclatement des pierres  
La statue a été temporairement mise à l'abri